Films

Le dernier combat

Ce premier film de Luc Besson, sorti en 1983, est un film de science fiction apocalyptique muet en noir et blanc, avec Pierre Jolivet dans le rôle principal.

En 1981, Luc Besson met en scène un court métrage « L’Avant-Dernier » avec Pierre Jolivet et Jean Reno, dont il fera un long métrage « Le Dernier Combat » deux ans après. Le scénario : suite à un cataclysme planétaire, la Terre est dévastée, seuls quelques survivants se battent pour survivre, les femmes ont disparu, seuls restent les hommes qui n’ont qu’une obsession : s’entretuer. Aucun dialogue entre eux, ils sont tous muets, c’est la fin d’un monde civilisé.

Un homme (Pierre Jolivet) atterrit sur Paris en ruines, il se bagarre contre un colosse (Jean Reno), et blessé, trouve refuge chez un médecin (Jean Bouise), peintre à ses heures, retranché dans une clinique. Une réelle complicité naît entre les deux hommes. Le médecin après l’avoir soigné va lui révéler un de ses secrets : il cache dans ses murs une des rares femmes survivantes. Mais c’est sans compter sur le colosse qui cherche l’homme et essaie par tous les moyens de rentrer dans son repaire et le tuer.

Pierre Jolivet, à la fois co-scénariste et co-producteur, joue le rôle du héros. Avec Luc Besson, il fonde la société de production « Les Films du Loup ». Il jouait déjà dans le court métrage « L’Avant-Dernier » qui a inspiré « Le Dernier Combat ».

L’excellent acteur Jean Bouise a accepté de jouer dans un premier film, il apporte son humour et son grain de fantaisie à ce personnage atypique qu’est le médecin dans le film.

Jean Reno, acteur au physique impressionnant, dont c’est le premier rôle important, joue une sorte de mastodonte brutal et extrêmement violent. Cette force muette livre un combat sans merci au héros.

Le film remportera une douzaine de prix internationaux dont le Prix Spécial du Jury et le Prix de la Critique à Avoriaz en 1983, puis en 1984 il obtient le César pour la meilleure œuvre.

La bande sonore du film joue un rôle très important, puisque les hommes sont muets. Eric Serra fera sa première bande son et deviendra par la suite le compositeur des musiques de films de Luc Besson.

Les costumes du film sont impressionnants d’imagination, comme par exemple le gilet de Pierre Jolivet fait de fils électriques et prises mâle et femelle ou l’utilisation de chambres à air en caoutchouc et peaux de bêtes pour Jean Reno.

Sur un scénario solide et original, avec des décors réalistes (bâtiments en ruine tournés à Paris et étendues désertiques tournés en Tunisie et à la Dune du Pyla), des costumes incroyables, l’utilisation du noir et blanc qui renforce l’atmosphère fantastique de cet univers apocalyptique, un jeu d’acteurs excellent, le tout sur une musique d’Eric Serra, Luc Besson a fait un film époustouflant, « Le Dernier Combat » est une vraie réussite du cinéma français de science fiction.

You Might Also Like

No Comments

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.