CD

Les Blaireaux – Parades prénuptiales

Les blaireaux, groupe formé dans les années 90 par six lillois passionnés, sont loin d’être les blaireaux qu’ils prétendent être.

Leur dernier album, sorti le 24 septembre 2007 produit par At(h)om et réalisé par Dominique Ledudal, montre bien qu’ils savent enchainer avec dextérité et talent textes hilarants, tantôt (ou souvent) loufoques ou mélancoliques et intimistes. La pochette de l’album, la curiosité de certains titres tels que Pourquoi j’ai mangé ma mère, ou encore Supplique de deux frères claustrophobes annoncent la couleur : voilà un album caustique, burlesque et attachant. Ils nous entrainent dans leur univers poétique et nous font voyager à travers des tranches de vies qui nous ressemblent tant et si peu à la fois. Ainsi, on part à la rencontre d’un baron perché plus que loufoque, de René un gardien de musée amoureux de sa Vénus, d’un gaffeur pas franchement fan des bambins de ses amis ou encore d’une énigmatique moustache à la Nietzsche. Les mots sont simples mais forment des textes loin d’être simplistes, tout cela relevé d’une pincée de musiques entrainantes, cuivrées et originales. Arrangement tout en finesse, textes intelligents, on glisse tout doucement et facilement dans l’univers blaireautique qui après une longue gestation nous sorte leur quatrième album événement et 15 titres savoureux ( Anciens albums : Pourquoi vous changez pas de nom ?  en 2001, Le Sens de Poil en 2003, Pas si bêtes… en 2005) Entourés par des artistes comme Emily Loizeau, Pierre Sangra et Manu de Tryo, les blaireaux donnent naissance à un album original où se mêle des ambiances entrainantes, chaleureuses pleines d’humour, de dérision et d’émotions diverses où chacun y trouvera son compte à coup sur ! Ils démontrent par là, que l’on peut écrire de jolies chansons et provoquer de jolies émotions et rêveries avec un nom qui ne l’ai pas forcément, même si au final, si on se donne la peine de creuser un peu, on se rendra compte que leur univers n’est  pas si éloigné de ce petit mammifère touchant, doux et espiègle qu’est le blaireaux car comme le dit si bien la Juliette de Shakespeare « Qu’y a-t-il dans un nom ? Ce que nous appelons rose, Par n’importe quel autre nom sentirait aussi bon.»….En bref un album au poil qui vous ravira les oreilles et l’esprit !

A écouter : Balance l’info, Autour du berceau, Le gardien de musée, L’œil…

Pour plus d’infos : www.les-blaireaux.net

You Might Also Like

1 Comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.