CD

Moriarty – Gee Whiz But This is a Lonesome Town

Fermez les yeux, et en une seconde, vous changez d’époque et de pays. Par la voie suave et langoureuse de Rosemary Moriarty, vous vous retrouverez dans un univers bluzy-jazzy (blues américain des années 30) qui vous transportera à travers le Sud américain à une époque où les voies des esclaves noires s’élevaient en longues complaintes à travers les immenses champs de coton. Mais pas seulement, car les cinq musiciens et la chanteuse de Moriarty tissent des liens inventifs et originaux entre le jazz, la musique traditionnelle malienne et orientale, les expérimentations électroniques et le folk. C’est un groupe aux origines cosmopolites (américaine, française, suisse et vietnamienne…), une originalité que l’on ressent bien au travers de tout l’album. La ballade est agréable, on s’invente des paysages, des situations fantasques, en même temps que s’écoule le son et la voix de la chanteuse à l’image de la chanson « Jimmy ». Les six comparses nous racontent des histoires, leur histoire, avec élégance et sobriété comme c’est le cas dans « Private Lilly » ou « Motel ». On se sent pionniers à la limite de la Frontière américaine ; une atmosphère envoûtante nous emporte à l’écoute de ses sonorités inspirées du folklore américain comme dans « Whitemans ballad » ou « loveliness ». L’album s’écoule tranquillement et nous permet de voyager sans bouger de notre petit univers et d’en découvrir un autre. Moriarty, c’est une expérience musicale à tester obligatoirement ! Bon voyage !

A écouter : « Jimmy » – « Private Lilly » – « Motel »

* Cahier de vacances 2010 – Article initialement publié le 31 mars 2008

You Might Also Like

No Comments

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.