Chanteuse rock

Alanis Morissette

« An older version of me/ Is she perverted like me?/Would she go down on you in a theater? » On se souvient tous des paroles vengeresses adressées par une Alanis trompée à son ex, dans une chanson qui a défrayé la chronique musicale, « You Oughta Know », jusqu’ici pas habituée à laisser les filles s’exprimer si librement sur les petites gâteries faites à leurs partenaires en plein cinéma. Sorti en 1995, Jagged Little Pill et ses trente millions d’exemplaires vendus à l’international est le pavé dans la mare qui a révolutionné les règles d’un songwriting au féminin, et de ce qui fait sa force et ses faiblesses. Car, qui mieux qu’Alanis, peut parler de haine, amour et chagrin d’une manière aussi franche et poétique ? A l’évidence, peu de personnes peuvent se mettre autant à nu qu’elle dans des titres qu’on croit bien volontiers directement tirés de son journal intime.

Mais, à trop se livrer dans ces bouts de vie qu’elle nous donne à partager, le piège est que la chanteuse ne perçoive plus la frontière qui la sépare de son public. Cette confusion entre vie publique et vie privée n’est-elle d’ailleurs pas ce qui l’a influencée dans le choix du titre de son dernier album Flavors of Entanglement (en français, « Parfum d’Enchevêtrement ») ? Il semblerait que justement celui-ci s’émancipe un peu de l’autobiographie pure et dure pour prendre des accents universalistes voire spirituels. C’est en tant que « citoyenne de la planète » que l’Américano-Canadienne use et abuse de ses ressources littéraires pour nous dévoiler un septième album à la dominante électro et world entêtante que les critiques s’empressent déjà de considérer comme l’un des meilleurs de sa carrière. Après avoir ravi le public français réuni pour l’occasion de son concert au Zénith le 6 juin dernier, l’artiste repart à la conquête de ses fans après trois ans d’absence scénique. A la voir aussi inspirée, une question s’impose : quel est le moteur de Mademoiselle Morissette?

Now is the time

Bien plus que le fruit du hasard, la réussite d’Alanis tient à un travail et une détermination de longue haleine. Née le 1er juin 1974 à Ottawa, d’Alan Richard Morissette, principal de lycée franco-canadien et de Georgie Mary Ann Feuerstein, professeur d’origine hongroise, la jeune fille développe très tôt une inclinaison pour le domaine artistique. Pour l’anecdote, son prénom si original, Alanis le devrait à son père, qui souhaitant trouver un équivalent féminin à son prénom, l’aurait découvert dans un quotidien grec. Pas plus tard qu’à l’âge de 6 ans, celle-ci commence l’apprentissage du piano et écrit sa première chanson à seulement 10 ans. C’est en 1984 qu’elle enregistre une maquette de « Fate Stay With Me » et l’envoie à un musicien folk local, Lindsay Morgan, qui l’intronise derechef comme sa protégée. Ecoulé à quelques copies, le single est quand même diffusé sur les ondes de la capitale.
Après s’être présentée à des auditions pour l’émission Star Search (l’équivalent de la Nouvelle Star), et avoir été recalée au premier tour, la chanteuse en herbe persévère et décroche un contrat avec le label MCA en 1988, qui lui permettra de sortir ses deux premiers albums : Alanis et Now Is The Time, respectivement en 1991 et 1992. Largement inspiré par la dance pop ambiante, le premier est un véritable succès, propulsant des titres comme « Too Hot », « Walk Away » et « Feel Your Love » au sommet des charts canadiens. A seulement 18 ans, Alanis rafle déjà trois Juno Awards, (équivalents de nos Victoires de la Musique) et, reconnaissance s’il en est, on la compare déjà aux chanteuses sur-brushées Tiffani et Debbie Gibson !

Sorti l’année suivante, Now Is The Time est quant à lui un flop retentissant. Surfant toujours sur la vogue musicale pop, la chanteuse signe encore la co-écriture des titres avec son producteur Leslie Howe, s’autorisant des paroles un peu plus élaborées. Bien mal lui a pris : les singles « An Emotion Away », « No Changes » et « (Change Is ) Never a Waste of Time » n’arrivent pas à faire décoller les ventes de l’album qui peine à réaliser la moitié du score du premier… Outre ce revers cuisant, son contrat avec MCA ne portant que sur deux albums, Alanis se retrouve remerciée sans ménagement.

Une fois les études secondaires qu’elle suivait brillamment en parallèle terminées, la jeune fille quitte Ottawa pour Toronto avec l’espoir d’y faire des rencontres musicales fructueuses. Quelques mois suffiront pour lui prouver le contraire. Un voyage vers Nashville, capitale de la musique country, se révèlera tout aussi stérile. Plus que déterminée à trouver un collaborateur, Alanis pose finalement ses valises à Los Angeles. Celle-ci ne le sait pas encore, mais elle n’a jamais été aussi bien inspirée.

Petite Pilule Dentelée

Avec la choucroute capillaire et la pop pure glucose de ses premiers albums, on peut dire qu’Alanis revient de loin ! Pour peu qu’elle ait continué dans cette voie, celle-ci aurait pu mal tourner et devenir une autre Shania Twain ou Céline Dion, remplissant le créneau déjà bien rôdé des chanteuses « à voix » canadiennes. Heureusement pour nous, l’artiste en herbe se découvre une sensibilité beaucoup plus rock et commence à collaborer avec un nombre croissant de musiciens. C’est justement lors de ces riches rencontres que celle-ci fait la connaissance du compositeur et producteur, Glen Ballard, qui va, selon ses propres mots, la révéler à elle-même.

Entre eux deux, c’est le coup de foudre artistique et en moins d’une demi-heure de conversation, les deux comparses commencent à se mettre au travail dans le studio de Ballard situé à San Fernando Valley, Californie. De cette première session expérimentale, la chanson « The Bottom Line » sera écrite à quatre mains, devenant par la suite la base du hit « All I Really Want ». A mesure des entrevues, Alanis développe une confiance grandissante envers Ballard, allant jusqu’à dire qu’il fut le premier collaborateur à l’avoir encouragée à exprimer ses sentiments. Preuve de cette symbiose sans fausse note, le titre « Perfect » est improvisé en vingt minutes et sera inclus tel quel dans Jagged Little Pill (en abrégé, JLP).

Or dans la « cité des anges », la jeune artiste ne se fait pas que des amis. Une nuit, celle-ci est même attaquée par un voleur à main armée qui la dépouille sans toucher cependant au brouillon de l’album en préparation. A peine remise de cette expérience malheureuse, Alanis en tire tout de même une leçon pleine de philosophie : les coups du sort, il faut les accepter, à l’image de cette petite pilule dentelée difficile à avaler (traduction littérale de Jagged Little Pill). Profondément marquée, la jeune chanteuse surmonte son anxiété en couchant sur papier toute sa rage, ses angoisses et ses espoirs qui formeront les paroles de son premier album international.

Enregistrées au cours de 1994, les maquettes de JLP témoignent d’une spontanéité toute naturelle. Alanis écrit toutes les paroles, joue de l’harmonica et indique la trame musicale tandis que Ballard l’accompagne à grand renfort de guitares, claviers et percus. Enregistrées en seulement une ou deux prises, certaines des démos ne seront même pas réarrangées par la suite : « All I Really Want », « Hand in My Pocket », « You Learn », « Head Over Feet », « Ironic » et « Not the Doctor », bizarrement que les futurs hits de JLP ! Alors que le duo s’installe en studio pour penser à la réorchestration des morceaux restants, les deux Chili Peppers, Flea et Dave Navarro suggèrent leur participation sur « Oughta Know ». Aussitôt dit, aussitôt fait, ils joueront respectivement basse et guitare tandis que le futur Foo Fighter, Taylor Hawkins, se chargera de la batterie.

Lancé internationalement le 13 juin 1995 sous le label de Madonna, Maverick Records, Jagged Little Pill révolutionne les bases du folk-rock en imposant au public des chansons très personnelles. Et il faut dire que dans ce registre, les artistes féminines rock ne sont pas légion. Après une timide entrée dans le Billboard, les choses s’inversent finalement quand un influent DJ américain inclut « You Oughta Know » dans la programmation de sa station. Rapidement relayé par les médias américains, avec MTV en tête, le premier single tourne en boucle et entame une irrésistible ascension.

Il faudra peu de temps pour que le monde entier succombe aux paroles envoûtantes de la jeune canadienne. Suivant le même chemin que le rageur « You Oughta Know », les singles « Hand in My Pocket », « All I Really Want », « Ironic », « You Learn » et « Head Over Feet » remportent l’adhésion collective. A vrai dire, il est facile de tomber sous le charme d’Alanis qui sait se montrer tour à tour amoureuse, rancunière, philosophe mais toujours passionnée et authentique. La consécration finale ne tardera pas à tomber : après avoir passé la barre des 30 millions d’exemplaires vendus en 2005, dont 15 millions sur le seul territoire américain, Jagged Little Pill se positionne comme le meilleur premier album de toute l’histoire de la musique (même si, c’est au bout du compte le troisième album dans la carrière de la chanteuse !).

Talking Cure

Après le carton de JLP, qui a raflé au total six Grammy Awards pour les seules années 1995 et 1996, certifié deux fois « disque de diamant » au Canada et « disque de platine » dans de nombreux autres pays, la chanteuse entame à 22 ans une longue tournée mondiale d’un an et demi. A disque d’exception, tournée marathon. Alanis chante sur les quatre continents les titres qui ont fait ses plus grands succès, comme les emblématiques « You Oughta Know » et bien sûr « Ironic ». C’est d’ailleurs durant cette période que la jeune fille commence à perdre ses illusions sur l’industrie musicale, plus particulièrement sur ses relations superficielles et la drogue qui y circule. Dans sa quête d’équilibre, celle-ci commence à se mettre au yoga et décide de faire un voyage en Inde.

Sage initiative : les six semaines passées dans le pays de Ghandi transcenderont Alanis. C’est toute ressourcée que celle-ci reviendra sur le devant de la scène en mars 1998, avec la signature du magnifique « Uninvited » pour la B.O du film La Cité des Anges. Une voix épurée, 3 notes de piano simples montant vers un point d’orgue final… On est loin des vindictes haineuses de Jagged Little Pill ! Est-il nécessaire de préciser que la canadienne aime prendre son auditoire à contre-pied de là où il l’attendait ?

Car surprendre, c’est ce qu’Alanis sait le mieux faire. A ceux qui se languissent de l’album qui succèdera à JLP, l’artiste les prend résolument au dépourvu en leur livrant Supposed Former Infatuation Junkie, le 6 octobre 1998. C’est en tant que « Soi-Disant Ancienne Droguée des Coups de Foudre » que la chanteuse se raconte dans un nouvel opus plein de cynisme et d’espoir sur l’humanité. « Thank You » lui donne l’occasion de se mettre à nu émotionnellement et physiquement parlant, « Joining You » prévient les tentatives de suicides tandis que « That I Would Be Good » manifeste la crainte du jugement et de l’insécurité… Ombres et lumières se succèdent sur ce véritable tour de force, allant même jusqu’à défier sur certaines chansons les formules traditionnelles de rythme et de refrain (« Front Row », « The Couch », « I Was Hoping »). La complexité et l’éclectisme de SFIJ sont salués par beaucoup des fans comme le meilleur et le plus personnel des travaux d’une Miss Morissette calme et sereine, là où elle était encore la veille rageuse et révoltée. Supposed Former Infatuation Junkie sera nommé à trois reprises « disque de platine », là où JLP l’avait été seize fois consécutives.

Sorti le 9 novembre 1999, Alanis Unplugged est le premier album live de la chanteuse canadienne. Comme son titre l’indique, celui-ci a été enregistré lors d’un concert programmé pour l’émission MTV Unplugged et propose un medley de ses deux derniers albums. Seules nouveautés, les morceaux « No Pressure Over Cappucino » apparemment écrit en hommage à son frère jumeau Wade, « Princes Familiar », « There R the Thoughts », ainsi que la reprise du « King of Pain » du groupe Police. Y figure également pour la première fois la version acoustique de « Uninvited ». Moins bien écoulé que JLP et SFIJ, Alanis Unplugged reste une référence pour les futurs travaux de l’artiste.

Plus de deux ans après la sortie de son Unplugged, Alanis refait surface le 26 février 2002 avec Under Rug Swept, un album qu’elle a entièrement écrit et produit toute seule. Et il faut dire qu’elle s’en sort plutôt pas mal sans Ballard ! Certainement inspirée par son séjour dans une réserve navajo et par le « milieu du début de la fin d’une relation amoureuse », l’artiste sent dans sa nouvelle œuvre le besoin d’ « unifier les genres, les êtres humains et les esprits ». A ses dires plus structuré que ses précédentes réalisations, Under Rug Swept détaille tout ce qui a pu avoir été « balayé sous le tapis » au fil des ans. En dehors de lister les qualités qu’elle veut à présent trouver chez son prochain partenaire (« 21 Things I Want in a Lover »), Alanis redéfinit sa place de grande amoureuse (« Narcissus », « Surrendering »), rapproche les deux sexes (« A Man », « Utopia »), tout en chroniquant l’inéluctable désamour (« That Particular Time », « You Owe Me Nothing in Return »). On retiendra surtout les deux singles qui seront extraits de URS : « Hands Clean » où la chanteuse révèle à demi-mot sa relation avec un ponte de l’industrie musicale alors qu’elle était encore mineure et « Precious Illusions » ou l’inévitable confrontation entre monde imaginaire et réalité.

Toujours en 2002, plus précisément le 10 décembre, Alanis prend encore ses fans de court en sortant un package CD/ DVD intitulé Feast on Scraps. Nouveau tournant radical dans la carrière de l’artiste qui choisit de diffuser les morceaux qui n’ont pas trouvé leur place dans Under Rug Swept. Tandis que des inédits tels que « Fear of Bliss », « Bent for You », « Sister Blister », « Unprodigal Daughter » prennent des accents définitivement plus rock voire métal, d’autres comme « Sorry to Myself », « Offer », « Simple Together » ou « Purgatorying » s’offrent comme de belles ballades plus tranquilles. Une version acoustique de « Hands Clean » trouve même sa place dans cette double compilation.

Alanis disparaît de nouveau avant de revenir sur le devant de la scène avec So-Called Chaos le 18 mai 2004. Présenté comme l’album du come-back, SCC surprend par sa tonalité résolument positive. A 30 ans, la jeune femme a trouvé l’amour en la personne de l’acteur Ryan Reynolds (avec qui elle se fiancera d’ailleurs par la suite) et entend bien le faire savoir à tout le monde ! Issu de ce florilège de chansons romantiques, « Everything » est le seul titre parmi les deux autres qui suivront (« Out Is Throught », « Eight Easy Steps ») à se maintenir pendant quelques temps dans les charts mondiaux sans pour autant faire trop de vagues. Accueil mitigé pour ce nouvel opus, considéré au mieux comme son album le plus accessible, au pire comme l’un des plus insipides. A croire que c’est quand elle est le plus tourmentée que l’artiste donne le meilleur de son travail !

Après ses 10 ans de carrière internationale, 2005 est l’année propice pour établir un premier bilan. Amorcé en juin avec la sortie commémorative de Jagged Little Pill en version acoustique, cette intention se poursuit avec la réalisation du premier best-of de la chanteuse, sobrement intitulé Alanis Morissette : The Collection. Piochés dans chacun de ses albums, à l’exception faite de ses œuvres de jeunesse Alanis et Now Is the Time, les morceaux présentés embrassent donc logiquement la décennie d’activité de l’artiste. Figurent aussi les titres inédits que celle-ci a écrit pour des bandes originales de film, du « Still » de Dogma, en passant par « Let’s Do It (Let’s Fall in Love) » (De-Lovely), sans oublier l’irremplaçable « Uninvited » de la Cité des Anges, ici non plus en acoustique mais en version radio. A noter également, la bluffante ré-interprétation du « Crazy » de Seal… S’il était encore besoin de le rappeler, The Collection atteste de l’incroyable éclectisme de cette grande demoiselle du rock, qui récidivera l’année suivante avec la signature du titre « Wunderkind » pour la B.O du premier épisode des Chroniques de Narnia !

Citoyenne de la planète

Intéressée par tout ce qui l’entoure, Alanis a une curiosité et un pouvoir d’adaptation hors du commun. Avant de connaître cette carrière musicale prometteuse, l’adolescente présentait déjà à 12 ans une émission de jeunesse pour la TV canadienne (You Can’t Do That On Television) tout en faisant ses premiers pas sur les planches avec la troupe de la Orpheus Musical Theatre Society. Ce goût pour la Comédie, l’actrice le transportera avec ses bagages en arrivant aux Etats-Unis. Participation à la bluette Just One of the Girls, petit rôle mais pas des moindres, celui de Dieu dans le film fantastico-comique Dogma de Kevin Smith, puis dans Jay & Bob contre-attaquent, l’artiste ne se borne à aucun genre. Même pas celui des séries, avec des apparitions remarquées dans Sex & the City et Nip/Tuck, où celle-ci fait un clin d’œil à ses expériences homosexuelles passées.

Quand Alanis intervient publiquement, c’est aussi pour défendre des idées. Humanitaires, par le biais de pièces tels que The Exonarated dénonçant la peine de mort, ou féministes par le très célèbre Monologues du Vagin, l’artiste est de toutes les causes. Avec un concert donné lors du séjour canadien du Dalaï-Lama en avril 2004, la cause tibétaine est également sienne. Pour la défense du mariage gay, celle-ci n’hésite pas à remodeler les paroles de « Ironic » qui deviennent « It’s meeting the man of my dreams and meeting his beautiful husband » (« C’est comme rencontrer l’homme de ma vie et rencontrer son beau mari », au lieu de « belle femme »). Cette rage de vivre, la chanteuse n’a pas peur de la revendiquer : « La rage est vitale, c’est une belle énergie qui a mauvaise presse. L’essence de la colère peut être vraiment quelque chose de beau ».

Preuve que le meilleur médium est encore celui de l’humour, Alanis réapparaît le 1er avril 2007 dans le créneau musical en parodiant « My Humps » des Black Eyed Peas. Beaucoup plus dramatique et pas hip hop pour un sou, sa version est une ballade plaintive au piano qui interroge sur le nouveau sens accordé aux paroles initiales tout en malmenant une partie des canons féminins en vogue dans le Rn’B. Véritable succès sur la toile, ce qui passe pour être un poisson d’avril est tellement bien abouti que l’on commence à sérieusement penser que la demoiselle est en studio pour préparer un nouvel album. Les rumeurs vont être confirmés avec la sortie de Flavors of Entanglement le 2 juin 2008.

« J’écris souvent rétrospectivement mais cette fois-ci tout a été écrit en temps réel », confiait dernièrement la chanteuse. La force de son septième album tient sûrement de cela. Pour Flavors of Entanglement, celle-ci s’est offert la participation de Guy Sigsworth, producteur apprécié de Björk. Et le résultat est plutôt pas mal : sur une dominante électro-world, la voix d’Alanis prend une nouvelle dimension pour illustrer à grande échelle les conflits personnels et politiques que tout à chacun peut ressentir (elle-même s’est finalement séparée de son fiancée Ryan Reynolds). La cause environnementale en filigrane sur « Citizen of the Planet », la rupture de communication sur « Underneath », le single phare du nouvel opus, la fin d’une relation et de tout ce que l’on regrette chez l’autre dans « Torch », FOE est un véritable voyage émotionnel où tous nos sens sont mis en éveil. Difficile de dire quoi, de l’écriture ou de la musique, prend le pas sur l’autre. Peut-être aucune des deux et d’ailleurs, c’est peut-être ça qui fait la force d’Alanis Morissette.

« L’écriture initiale me revient, la partager ensuite avec les autres est mon cadeau pour qu’ils puissent s’approprier ces chansons et ces écrits. Pour en tirer du réconfort, de l’inspiration ou de l’approbation. C’est mon service ». En ouvrant son journal intime au grand public, Alanis a trouvé la meilleure des thérapies pour combattre d’éventuels refoulements et frustrations. C’est toujours un grand plaisir que de partager avec elle ces instantanés de vie empreints de doute, de joie, de peine mais avec toujours l’espoir pointant à l’horizon. Dépassés la rage adolescente et les questionnements de jeune adulte, la chanteuse est peut-être toujours quelque peu « incomplète » mais sait fermement où se diriger, en faisant de la phrase : « Je veux marcher au devant de la vie plutôt qu’être tirée derrière elle », sa devise absolue.

Avant de pouvoir prochainement la retrouver sur grand écran dans le film Radio Free Albemuth tiré du roman de Philip K.Dick, n’hésitez pas à vous replonger dans la disco/vidéographie d’Alanis !

Discographie

1991: Alanis

1992: Now Is the Time

1995: Jagged Little Pill

1998: Supposed Former Infatuation Junkie

2002: Under Rug Swept

2004: So-Called Chaos

2008: Flavors of Entanglement

Vidéographie

1997: Jagged Little Pill Live DVD Edition

2002: – Alanis Morissette : Live in the Navajo Nation DVD Edition

– Under Rug Swept DVD Audio

– Feast on Scraps CD/DVD Edition

2005: The Collection CD/DVD Edition

(Les photos proviennent des sites http://www.arjanwrites.com et http://pagesperso-orange.fr/stephane.elias )

SOURCES :

Sites Internet

* http://www.alanis.com/

* http://www.alanis-morissette.com/

* http://www.myspace.com/alanismorissette

* http://pagesperso-orange.fr/stephane.elias/

* http://www.askmen.com

* http://www.rollingstone.com

* http://www.pitchforkmedia.com

* http://fr.wikipedia.org

* http://en.wikipedia.org

Articles en ligne

* http://www.arjanwrites.com/arjanwrites/2007/12/exclusive-alani.html

* http://www.20minutes.fr/article/191996/…

Articles papier

* Alanis Morissette, la voix folk du Canada, Direct Soir n°363, 06/06/2008

You Might Also Like

No Comments

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.