10 leçons pour bien préparer les concours

Pour certains le printemps n’est pas ce charmant moment de l’année où l’on passe son temps à flaner de terrasses en terrasses de café et d’expos en expos ; non, c’est plutôt l’étape des concours…

Fraîchement sortis de prépa, après deux ans de travail intense, DS indémodables du samedi matin, colles à 19h, vous êtes enfin prêt. Ennemi intime numéro 1 : le stress. Vais-je être capable de mobiliser et de restituer les connaissances que j’ai acquises ? Les autres sont meilleurs que moi, impression de n’avoir rien retenu, et voilà comment un esprit négateur peut trop facilement prendre le dessus. Ces questions, si vous ne vous les posez pas de manière récalcitrante, c’est déjà bon signe : soyez invainquables ! Mais l’on sait bien que même ceux qui devraient être rassurés par le seul fait d’avoir travaillé conséquemment, savent trop naturellement se dévaloriser. Comme si c’était nécessaire ! Apprenez à vous tranquiliser, une partie du stress peut être canalisée par le simple fait de savoir que l’on a fait le nécessaire. Pour vous guider, voici les conseils d’une étudiante qui a préparé cette année l’agrégation d’anglais dans le but d’entrer à l’ENS Cachan :

  1. Freedom !

   Se ménager du temps libre est essentiel, gardez à l’esprit que l’année est très longue et très intensive, « c’est une course d’endurance et pas un sprint!« , veillez donc à prévoir du temps dans la semaine pour  aérer votre esprit : activité sportive, sortie entre copains, ciné ou activité artistique.

 2. Régularité :

  Travailler tous les jours un minimum, ne serait-ce qu’un quart d’heure les week-end et jours férié, à Noël ou pour le jour de l’an, (Attention la règle du minimum syndical ne vaut pas pour tous les jours de l’année !).

3. L’esprit d’équipe :

  La métaphore sportive est évidente, et oui vous pratiquez un sport de bureau ! Travaillez en petits groupes, évitez de vous isoler, « On a pas l’agreg individuellement, c’est vraiment un avantage, pour faire des fiches de lectures, articles, se donner des sujets types, réviser ensemble et comparer nos travaux. » Rien de plus motivant !

4. La méthode  :

Descartes nommait cela « les règles pour la direction de l’esprit », ne faites donc pas l’impasse sur les méthodes qui sont bien spécifiques,  « Si tu as les connaissances mais que tu ne maîtrise pas bien les méthodes de l’exercice (dissertation, commentaire de texte, thème, version selon les filières) ça ne fonctionne pas. » En effet, la méthode structure un contenu, qui plus est,  la négliger équivaut à dire que votre professeur ne sert à rien, c’est fâcheux.

5. Be talkative!

Pour l’oral on ne s’y prend pas au mois de janvier sous la douche ! Commencez à travailler les matières dès septembre, l’oral compte autant sinon plus que l’écrit pour l’admission. Face à vous le jour J, gardez bien à l’esprit qu’un professeur se posera systématiquement cette question : « Est-ce qu’on peut lui confier une classe ? » On ne vous demande pas nécessairement d’être extraordinairement charismatique, mais dans la mesure du possible, une certaine sûreté et honnêteté du propos.

  6. A l’université…

  Pour les concours universitaires, avec la nouvelle réforme, il faut avoir le C2I2E (certification informatique) et un niveau élevé en langue étrangère pour pouvoir être agrégé (pas encore pour le CAPES). C’est quand même mieux de ne pas avoir à passer ces certifications pendant l’année de préparation au concours. L’année est déjà suffisamment éprouvante comme ça! La session 2012 est un peu désavantagée à ce sujet, car cette réforme s’est mise en place début septembre.

7. Mise en condition :

  S’entraîner en temps réel, dans les contidions de temps de l’épreuve (Colles, DST, DM), n’hésitez pas à comparez vos copies et pourquoi pas à demander l’avis de certains professeurs si c’est possible.

 8. Petites astuces mémotechniques complémentaires :

  Investissez dans un petit tableau Velleda, collez des post-it sur votre frigo ou dans vos toilettes… Ca marche comme la publicité, vous mémorisez en passant devant tous les jours, sans vous en apercevoir ! Mais bien sur, ne recouvrez pas tous vos murs de pense-bêtes, vous pourriez devenir fou ! Car rappelons nous de la première règle, il faut se résoudre au travail, sans le laisser vous envahir par la masse de connaissances.

  9. Comment ça s’écrit ?

  Certains candidats, habitués aux outils d’orthographes des loigiciels Word/Open office, par souci de rapidité et de confort, perdent l’habitude d’écrire vite et bien munis d’un simple stylo. Mais le rendu esthétique influence largement l’appréciation du correcteur, essayez de conserver cette vieille habitude d’écrire à la main un minimum. Autre détail très important, ne perdez pas l’habitude de vous corriger tout seul ! Google est notre ami, c’est très rapide pour toute sorte de vérifications dans l’urgence, mais devant votre feuille vous serez seul, repérer les fautes que vous faites presque  inévitablement, vos hésitations, et forcez vous à les retenir.

10. Une vie équilibrée :

On le répètera toujours, pour favoriser une bonne concentration et ne pas laisser le temps s’écouler devant la feuille blanche le jour J, encore faut-il avoir bien dormi la veille. Pour cela mangez léger, des féculents (riz ou pasta), cessez toute absorbtion de caféïne dès 16h, et prévoyez du sucre seulement pour le lendemain matin ! En cas d’insomnies calamiteuses testez la fleur de Bach.

3 réponses à 10 leçons pour bien préparer les concours

  1. jaydeedwa dit :

    Que de bons conseils ! Je confirme pour les Fleurs de Bach !

  2. Super conseils! Notamment le premier, de souffler, et de bien manger la veille :) Je confirme, les Fleurs de Bach sont top! :) Bisous :)

  3. TheCélinette dit :

    Je valide ces bons conseils. Dont notamment, l’intérêt de se ménager du temps libre (il faut un bon équilibre entre la détente et la tension, pour rendre le cerveau efficace. Les fleurs de Bach, personnellement, je trouve que c’est un précieux coup de pouce en cas de coups durs. Et là méthode !!! Pour moi, c’est 50% de la note. J’ai jadis fait de l’aide à la préparation des concours. J’insistais vraiment sur ce point.

    Une année une chargée de TD nous a assommé d’exigences méthodologiques. Du coup, pour tenir le cap, j’ai travaillé avec des annales (et à plusieurs). C’est cette année, là que j’ai eu mes meilleures notes ;)

Laisser un commentaire

A propos de Save My Brain - Mentions légales - Contactez-nous