Mata Hari : le mythe de la femme espion

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. isabelle dit :

    Mata Hari, un nom evocateur et qui incarne tres bien la puissance de l’Imaginaire et de la place de l’Orient dans la Culture occidentale..Un imaginaire tellement fort qu’il finit eclipser la Realite , et meme abuser un erudit comme Emile Guimet, pourtant fondateur du Musee des arts Asiatiques de Paris…..en effet, peu de personne se sont alors aperçues ou ont fait l’effort de creuser pour savoir si les danses etaient d’authentiques danses « javanaises »….ou si elles etaient la uniquement pour exciter une epoque prude.Mais qu’importe, pourvu qu’on se rince l’oeil et tant pis ce succes repose sur des mensonges(!)!!! …. son heritage concernant la vision de l’Orient n’est pas uniquement positif ( comme tant d’autres personnages historiques comme Pierre Loti par exemple), car il contribué a construire un imaginaire dans lequel exotisme et erotisme font bon menage …..

  2. amzervad dit :

    Difficile de se replacer dans le contexte de l’ époque, mais le dossier est toujours fermé, par contre si elle fût ce dont on l’ accuse, je peine à croire que les renseignements qu’ elle aurait fournis étaient d’ importance capitale.
    Elle « fréquentait » un peu tout le monde, on a essayé de l’ utiliser lui faisant jouer un rôle qui devait servir certains. Mais était-ce une véritable espionne ?
    Certes elle dérangeait, mais sans doute pas plus que certaines malheureuses à qui l’ on s’ est contenté de couper les cheveux pour collaboration à la libération.
    Autre temps, autres moeurs.

Laisser un commentaire