Livres

Cinq BD à emmener sur la plage

Grands classiques réédités ou nouveautés à découvrir, voici une sélection de bandes dessinées à lire sur la plage.

Gaston – L’Amour de Lagaffe

Tous les moyens sont bons pour faire vivre une série culte lorsque celle-ci est interrompue. Nouveaux formats, produits dérivés, intégrales… Depuis peu, une nouvelle sorte de réédition a fait son apparition : la compilation. Taillée spécialement pour les séries faites de courts gags, elle semble parfaitement adaptée au plus célèbre des antihéros, j’ai nommé Gaston Lagaffe.

L’Amour de Lagaffe prend à contre-pied le personnage, avec pour thème central une facette de sa personnalité qui ne vient pas à l’esprit immédiatement. Si tous les aficionados de la série connaissent ‘Moiselle Jeanne, sa relation avec Gaston n’est jamais le centre de la série. Cette compilation de gags nous permet donc de voir le personnage de Mademoiselle Jeanne évoluer au fil des ans et de l’inspiration de Franquin. De plus en plus séduisante à mesure que le crayon de l’auteur la dessine, l’amie de Gaston a su devenir une des figures incontournables de la série. Le thème de la compilation apparaît donc très bien choisi. Seul bémol, on aurait préféré des crayonnés et des analyses sur le personnage aux encarts de texte un peu bateau à propos de l’amour. Sur ce plan, les intégrales font mieux. Le contenu reste lui fidèle à ce qu’on connaît de Gaston.

Editions Marsu Productions, 10,45 €

Yoko Tsuno 25 – La Servante de Lucifer

Yoko Tsuno, c’est avant tout un doux parfum de nostalgie… Les aventures de l’électronicienne ont bercé l’enfance de la Génération Y. D’ailleurs, même le métier de Yoko Tsuno pourrait prêter à sourire aujourd’hui. Malgré l’arrivée du net et des smartphones, notre personnage 8 bits continue de vivre sous la plume de Roger Leloup. En témoigne l’arrivée de La Servante de Lucifer, vingt-cinquième épisode de la série.

Au programme, toujours les mêmes ingrédients : des engins volants en tous genres, des Vinéens (ces extra-terrestres humanoïdes à la peau bleue) et des créatures diverses, mi-bestioles, mi-robots. Le scénario ne surprendra guère : on y voit notre petite troupe naviguer à travers de gigantesques concrétions souterraines, flanquée d’androïdes, le tout dans un but chevaleresque et alambiqué. Vous l’aurez compris, La Servante de Lucifer n’est pas le meilleur Yoko Tsuno. Mais cette petite madeleine de Proust a tout de même le mérite d’apporter un peu de nouveauté à celui qui a déjà lu dix fois chacun des vingt-quatre épisodes précédents. En plus, un dessin d’une telle qualité se fait de plus en plus rare. Et vu que votre Game-Boy craint le sable…

Editions Dupuis, 9,95 €

Napoléon tome 2 – La Corse

Raconter la vie de Napoléon Bonaparte du point de vue de Joséphine en cinq volumes : voilà l’ambitieux programme que s’est fixé Nicolas Dandois. Nous avions adoré le premier tome, le deuxième ne nous a pas déçus. Après la fin de la vie de l’Empereur et l’exil vers Ste-Hélène, c’est cette fois sa jeunesse Corse qui est évoquée.

Bien sûr, Joséphine se fait cette fois plus distante dans la narration (elle ne connaissait pas encore Napoléon). On perd donc le piquant de certaines répliques acerbes à propos de l’entourage de l’Empereur. Malgré une narration un poil plus académique que dans le premier tome, Nicolas Dandois ne se montre jamais ennuyeux. Le texte justement dosé et le dessin simple mais expressif des personnages font de la lecture un vrai plaisir, tant éducatif que ludique. Vite, vite, la suite !

Retrouvez notre interview de l’auteur lors du festival d’Angoulême

Editions Des ronds dans l’O, 16,50 €

Sorcellerie et Dépendances

On peut être accro à la sorcellerie comme à l’alcool ou à la cigarette. C’est ce que nous relate Sandrine Revel dans Sorcellerie et Dépendances, avec la vie d’Eva, mère au foyer modèle. Sa vie plutôt ennuyeuse se voit petit à petit bouleversée, de sortilèges en pactes avec le Diable.

One shot à l’esthétique singulière (le dessin rappelle plus les Comics que la traditionnelle BD franco-belge), Sorcellerie et Dépendances surprend par son ambiance pesante et ses multiples rebondissements. La couverture laisse augurer un univers merveilleux et léger, mais la lecture plonge dans un univers tout différent, d’humour au dix-huitième degré et d’habitudes conjugales étouffantes. Amateurs d’originalité et curieux, tentez votre chance. Les autres, retournez lire Mélusine. Ses histoires de sorcelleries sont plus divertissantes et sa silhouette plus charmante (pour ne rien gâcher).

Editions Dupuis, 11,50 €

Comment je me suis fait plaquer

Après Les Autres Gens, voici un autre exemple de BD collective, dont nombre des protagonistes sont issus de la scène internet. Contrairement au premier cité qui réunissait divers dessinateurs autour d’un scénario signé Thomas Cadène, Comment je me suis fait plaquer laisse libre cours à l’imagination des auteurs, qui s’expriment tant par le scénario que par le dessin autour d’un thème commun.

On y retrouve des histoires en tout genre, tantôt drôles tantôt tristes, tantôt réalistes tantôt surréalistes. Une brochette où on retrouve des pattes aussi diverses que Thomas Cadène, Lucille Gomez ou encore Capucine. Mention spéciale pour les petits interludes entre chaque histoire, signés Wandrille, dont la concision et l’humour souvent potache dynamisent la lecture.

Editions Dupuis, 19,95 €

You Might Also Like

No Comments

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.