Chroniques ordinaires Humeurs

Chercher un travail

Nous sommes, paraît-il, moins heureux au travail qu’il y a un an. C’était dans 20minutes et vous l’avez appris dans le bus qui vous emmenait, justement, sur le lieu du crime. Envie de changement parce que la chlorophylle est plus chargée chez le voisin ou tout simplement victime de la « Crise », vous avez commencé, comme quiconque, à chercher du travail.

Les petites annonces

En fin de contrat ou licenciée, votre lecture quotidienne des sites de petites annonces ne se limitent plus à celles de Croisé dans le métro. Là, on ne vous demande pas qu’un joli sourire et un signe distinctif, mais un bac + 5, une « expérience significative d’au moins 3 ans dans un poste similaire » et si en plus vous avez suivi des cours du soir en dépannage d’agrafeuses, vous marquerez des points dans les catégories « travail en équipe » et « sens des responsabilités ».

Quant au salaire, oui soyons cupides, ne vous arrêtez pas à une annonce qui ne mentionne précisément que la valeur des tickets restos. Vous pourrez toujours payer votre proprio en chèques de 7,25 €, le tout avec une petite tape sur l’épaule et un « Bien manger, c’est l’début du bonheur » malicieusement placé.

Bien décidée à brasser large, vous remplissez les formulaires en ligne à la chaîne, nom, prénom, date de naissance, Ctrl+V pour le CV, c’est presque aussi facile que de s’inscrire sur Facebook. Et maintenant, vous n’avez plus qu’à attendre que quelqu’un réponde à vos prières. Bon, pas tous, si le responsable de cette micro-PME à 32 kilomètres de Clermont-Ferrand pouvait s’abstenir, ça vous arrangerait, vous avez vraiment candidaté par acquis de conscience.


Faire fonctionner son réseau

Amis, anciens collègues, partenaires d’études, collaborateurs, amants, relations de relations… C’est le moment de profiter de son forfait Néo. Mais uniquement pour la prise de contact préliminaire, pour prendre des nouvelles, échanger quelques banalités et proposer, attention, roulement de tambours, paf, un déjeuner ! C’est ce qui se fait, ne vous méprenez pas, oui on peut parler carrière et réussite professionnelle en prenant le risque d’avoir mesclun et cake au chocolat entre les dents. Mais à moins de bénéficier de plusieurs pauses déjeuner quotidiennes, vous allez aussi devoir faire dons des petits-dej et des dîners. Au final, vous apprendrez que c’est la crise pour tout le monde, gâcherez de nombreux de tickets resto pour entendre parler des nouveaux enfants de votre bînome de fac et quand vous essaierez de rentrer dans votre pantalon cosmique, celui qui porte chance, vos poignées d’amour se rappelleront à vos bons souvenirs. Quand on sait qu’en moyenne, les frais vestimentaires pour un entretien d’embauche s’élèvent à 50€, il va falloir songer à sélectionner un peu vos interlocuteurs pour ne pas avoir à courir chez Zara toutes les semaines. Non, toutes les raisons ne sont pas bonnes.

Pôle Emploi

Pour peu que vous ayez choisi un métier que tout le monde connaît, vous pouvez asseoir votre séant en face d’un conseiller. Il saura vous orienter vers des formations, vous conseiller des postes, ouvrir son carnet d’adresses… Vous n’aurez même pas besoin de dealer vos anciens tickets resto pour survivre. Si par contre vous exercez une profession un peu plus confidentielle, née après l’ADSL et les fruits en gourde… Vous allez ramer ! Monteur par exemple. Vous parlez toute la journée d’encodage, de time line et de chutiers de listage, votre entourage sait parfaitement que votre vie se résume à Final Cut Pro. Pour votre conseiller, vous jouez du composant électrique que vous vous amusez à MONTER sur un support ou un chassis. Et encore, ça, c’est votre première conversation.
Un peu autonome, on vous proposera des entretiens au téléphone puis par mail, et pour peu que vous soyez abonnée à la newsletter, des événements comme le Chat recrutement Crédit Agricole d’Ile-de-France. Véridique, vous pouvez vérifier cela de 13h à 14h aujourd’hui même.

Au final, vous en aurez un travail, puisque la vie est bien faite et votre cerveau largement brigué. Et tout se passera bien, après une telle galère, soyez sûre que vous l’aimerez votre nouveau job.

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply
    Lilith
    30 mai 2011 at 0:07

    A la recherche d’un (foutu) job (alacon) pour cet été, cet article me parle! En même temps, on est tellement sur le marché… Et « blogueuse depuis plusieurs années » n’est pas considéré comme une expérience!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.