Séries TV

Misfits

Les Britanniques ont encore frappé fort avec une nouvelle série qui fait un carton Misfits.

Nathan, Simon, Alisha, Kelly et Curtis ont été condamnés pour divers délits mineurs à des travaux d’intérêt général. Sous la tutelle de Tony, l’éducateur, les cinq jeunes au langage châtié sont priés de se mettre au service de la communauté.
Mais voilà que durant le TIG, un violent orage s’abat sur la ville. Nos cinq compères vont être frappés par la foudre et se découvrir munis de pouvoirs surnaturels. Vont alors s’enchaîner une suite de péripéties sombres et rocambolesques qui forceront le groupe à rester uni, malgré lui.

Misfits que l’on peut traduire par « Marginaux » fait partie de ces séries hors-normes dont les Britanniques détiennent le secret.

A la lecture du synopsis, il faut bien l’admettre, ça sent le réchauffé. Des ados, des pouvoirs… Du déjà-vu. Et pourtant… Dès le départ, le ton est donné avec ces apprentis délinquants qui ne s’expriment qu’en insultes et cris. Les pseudos héros de Misfits, bien que pourvu de pouvoirs, sont bien loin d’une envie de sauver le monde. La série raconte plutôt l’histoire de gamins paumés qui ont envie de s’amuser et gèrent comme ils peuvent ces étranges pouvoirs. Loin des projets altruistes que tente de leur donner le TIG, ces ados sont présentés comme égoïstes, égocentriques, cyniques, méchants, violents, moqueurs, vulgaires… et à la fois hilarants. Mention spéciale au personnage de Nathan avec son humour en dessous de la ceinture et moqueur.

Misfits, c’est surtout l’art de raconter l’adolescence dans toute sa brutalité entre sexes, drogues et alcool.

Misfits, c’est aussi l’art de crédibiliser l’impensable. Des ados obligés de tuer pour se protéger sans que personne ne soupçonne quoique ce soit. Ils enchaînent les erreurs, les bêtises, les situations loufoques et s’en sortent toujours, sans conséquences.

Misfits a ce quelque chose qui accroche. On s’attache vite à ces gamins irresponsables qui cumulent les boulettes (et les meurtres). Ils sont normaux et à la fois atypiques. Ils s’en foutent pas mal de ces pouvoirs, s’en passerait bien et à la fois, vivent avec. Comme le souligne Nathan « On a des supers pouvoirs et on les utilise pas pour le mal, on craint ! ».

La série a cette qualité qui sied si bien aux Britanniques : un humour décapant et le politiquement incorrect. Il est aussi à noter l’esthétique de la série. Les couleurs bleutés, sombres, offrent une atmosphère inquiète contrastée par l’humour des personnages. Les gros plans sont rares, on filme le gore des assassinats sans se soucier de la bienséance. Il faut savoir apprécier le second degré pour encaisser certains passages assez angoissants (pour les plus sensibles).

A l’heure actuelle, Misfits ne compte qu’une treizaine d’épisodes à son actif et déjà un public acquis. Deux saisons, une troisième en route et une attente interminable. Sûr et certain que la série, déjà culte chez les amateurs de séries, sera bientôt placée au rang de ces grandes sœurs britanniques à l’image de Skins.

You Might Also Like

3 Comments

  • Reply
    Cam
    29 avril 2011 at 11:36

    Ca tombe bien je suis en plein dedans ! :) J’en suis à l’épisode 2 de la saison 2 et c’est vraiment excellent ! La série doit beaucoup au personnage de Nathan qui la porte sur ses épaules, il fait quasiment tout le boulot, il est vraiment hilarant. Mais malheureusement Robert Sheehan ne participera pas à la saison 3 actuellement en préparation … Elle risque donc d’être beaucoup moins drôle :s Je ne sais pas si elle aura autant de succès que les deux premières.

  • Reply
    Angie
    28 avril 2011 at 16:38

    Je finis bientôt la saison 1 (il me reste le dernier épisode en fait) et j’adore. Pourtant, j’accroche mal avec les séries, mêmes celles qui sont très plébiscitées.

  • Reply
    KRiSS
    28 avril 2011 at 12:33

    J’ai moi aussi eu un gros coup de cœur pour Misfits
    Ca change des séries lisses et politiquement correct from US !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.