Chanteuse rock

Amy Macdonald

Elle est écossaise, pourtant sa puissante voix de contralto rappelle Dolorès O’Riordan et son triomphant accent irlandais. Quant à son écriture, celle-ci est tellement emprunte de maturité qu’on ne devinerait jamais qu’elle fêtera cette année ses 23 ans. Les apparences sont parfois trompeuses et Amy Macdonald en est le meilleur exemple. Un premier opus, This Is The Life, sensation folk-rock de l’année 2007, des tubes entêtants (« This Is The Life », « Mr Rock and Roll ») et voici le petit bout de femme à peine sortie de l’adolescence propulsé dans la cour des grands. Une bête curieuse, Amy ? La jeune auteure-compositrice-interprète s’en amuse et entend bien prouver avec son très attendu deuxième album, A Curious Thing, disponible depuis le 8 mars dernier, qu’elle est bien plus qu’un effet de mode. Foi d’Amy !

La Jeunesse d’Aujourd’hui

C’est en Ecosse et plus précisément à Bishopbriggs, au nord de Glasgow, qu’Amy Macdonald naît le 25 août 1987. Dans cette petite ville de banlieue, la fillette passe une enfance toute tranquille aux côtés de ses parents, Jo et Jimmy et de sa grande sœur, Katie. La musique, on en écoute à la maison, mais ce n’est pas encore sa passion. Sa première « claque », celle-ci la recevra à l’âge de 12 ans, en s’achetant l’album de Travis, The Man Who, un groupe qu’elle aura la chance d’apercevoir quelque temps plus tard au festival écossais T in the Park. Une vieille guitare héritée de son père sera l’occasion pour Amy d’y faire ses premières armes, un instrument qui, d’ailleurs, ne la quittera plus.

A force de patience et de concentration, la jeune ado parvient à extraire des sons, puis des mélodies. Sa méthode ? Ré-écouter son album fétiche jusqu’à reproduire à l’oreille les mêmes accords. Une fois l’exercice terminé, celle-ci passe aux tablatures et apprend en autodidacte les morceaux des autres avant de se mettre à l’écriture des siens. Des efforts payants puisqu’à l’âge de 15 ans, Amy monte déjà sur la scène des pubs de Glasgow en compagnie de sa guitare acoustique. Première approche plutôt sympathique pour la demoiselle qui en outre se fait pas mal de contacts. Sitôt le lycée fini, celle-ci tente sa chance auprès des maisons de disques mais c’est finalement par le biais d’une annonce passée sur le magazine New Musical Express que son rêve prend forme : une nouvelle société de production montée par des auteurs-compositeurs est en effet à la recherche de nouveaux talents. Sur les 500 candidatures, la sienne est finalement retenue.

Pour Melodramatic Records, la voix et les refrains accrocheurs d’Amy ont fait la différence. Bien qu’admise en fac de géographie, la jeune fille décide de tout miser sur la musique et passe les mois suivants dans le studio d’enregistrement de l’artiste Pete Wilkinson. Les démos bouclées, celles-ci sont envoyées à de nombreux labels dont Vertigo qui la signera en 2007. L’aventure Macdonald peut commencer.

C’est la vie

Place aux choses sérieuses : il s’agit maintenant pour Amy d’écrire un album. Version aboutie de ses précédentes maquettes, This Is The Life est commercialisé au Royaume-Uni le 30 juillet 2007 soit un peu moins d’un an avant sa sortie européenne (9/05/2008). Inspiré par Pete Doherty, « Poison Prince » est le premier single à en être tiré en version limitée tandis que l’entraînant « Mr Rock and Roll » s’impose en digne successeur à la 12e place des charts anglais. S’il ne faut retenir qu’un titre phare, entre « L.A », « Run » et la réédition de « Poison Prince », c’est sans conteste l’éponyme « This Is The Life » qui se répand comme une traînée de poudre dans toute l’Europe, contribuant à faire de l’album l’happening musical de l’année 2008. « Or » en Espagne et en Suisse, « Platine » en Allemagne, Belgique et France, le disque ravit bientôt la première place des classements, arrivant même à détrôner In Rainbows de Radiohead dans son pays natal !

Avec plus de trois millions d’exemplaires vendus, une suite devient bientôt une évidence. Entre tournée et shows musicaux, Amy trouve le temps de se replonger dans son carnet d’écriture et c’est le 8 mars 2010 que sort A Curious Thing. Largement précédé par la diffusion radio du premier morceau « Don’t Tell Me That It’s Over » et déjà qualifié d’« intense, audacieux et dramatique » (Biographie, http://amymcdonald.artiste.universalmusic.fr/?page_id=31) le nouvel opus a de quoi satisfaire les fans impatients. Une guitare légèrement en retrait certes, mais pour mieux mettre en avant de nouveaux instruments comme le piano (« Don’t Tell Me… ») ou la batterie (« Spark »). Pas de doute, Macdonald a mûri et c’est forte d’une nouvelle énergie qu’elle réapparaît sur le devant de la scène.


Femme de footballeur

Mais que s’est-il donc passé dans la vie d’Amy ? Celle-ci l’explique : « Cela vient du fait que j’étais constamment en tournée et j’ai passé tout ce temps avec mon groupe, composé de musiciens exceptionnels qui passaient leur temps libre sur scène à improviser sur n’importe quoi. Pour tout dire, on a même fait des choses assez ridicules, comme passer des heures à jouer des reprises reggae toutes les chansons de mon premier album ! Ces expériences m’ont fait réaliser que l’on pourrait ajouter beaucoup d’autres instruments, et faire un album avec un son détonnant » (Biographie, http://amymcdonald.artiste.universalmusic.fr/?page_id=31 ).

Avec un guest de l’acabit de Paul Weller, auteur-compositeur très connu outre-Manche, autant dire que A Curious Thing est une véritable surprise. Celle qui s’en prenait il n’y a pas encore si longtemps aux aspirantes femmes de footballeurs dans « Footballer’s Wife » est aujourd’hui, comble de l’ironie, une fiancée de joueur (ndlr : son petit ami, Steve Lovell évolue dans l’équipe écossaise Partick Thistle) mais n’a rien perdu de sa verve. A la moulinette, le culte de l’apparence (« This Pretty Face »), l’univers des pop stars (« Don’t Tell Me That’s It Over ») et des pique-assiettes mondains (« Ordinary Life ») ! Et une ola pour « Love, Love » et « What Happiness Means To Me », ses petites définitions du bonheur. Inspirées du quotidien et parfois de l’horreur de ses faits divers, comme l’assassinat du petit britannique Jamie Bulger dont il est fait allusion dans « Spark », les chansons d’Amy n’en gardent pas moins une lueur d’espoir. Un positivisme dont toute l’essence est concentrée dans le titre « Your Time Will Come ».

Pour son classement dans les charts, Macdonald n’a pas trop de soucis à se faire non plus. Déjà écoulé à plus de 700 000 copies, en se taillant la part du lion en Suisse, Allemagne, Autriche, Royaume-Uni et France, ce second opus fait d’elle l’artiste britannique la plus bankable de ce début d’année. Presque une antithèse pour cette anti-star menant une vie rangée et qui essaye de préserver au maximum sa vie privée. Sa dernière frivolité ? L’achat d’un deux-pièces dans sa banlieue natale, à deux pas du bercail familial. Autant dire que dans le milieu du show-biz, Amy fait figure d’exception. « Ma vie n’a pas changé avec le succès. Je suis définitivement quelqu’un de normal. Je veux juste jouer de la musique. Je ne cherche pas à être célèbre. Je ne suis pas Lady Gaga ou Katy Perry. Je n’ai pas un look extravagant et les gens ne me reconnaissent même pas dans la rue. Ce n’est pas parce que je fais de la promotion ou que je donne des interviewes que mon quotidien est extraordinaire. Quand je rentre chez moi, en Ecosse, je sors, je fais du shopping, je vois mes amis et il m’arrive d’aller au cinéma, comme toutes les filles » (http://www.francesoir.fr/divers/amy-Macdonald-persiste-et-signe). Avait-on besoin d’autant de justifications ? Le personnage était déjà bien cerné.

Visionner le deuxième single « Spark » dont la sortie est prévue le 10 mai prochain.

(Les photos proviennent du site http://www.amyMacdonald.org).

Sources

Sites internet :
http://www.amyMacdonald.co.uk/gb/home
http://www.amyMacdonald.org
http://fr.wikipedia.org/wiki/Amy_Macdonald
http://en.wikipedia.org/wiki/Amy_Macdonald
http://www.myspace.com/amyMacdonald

Articles:
Biographie, http://amymcdonald.artiste.universalmusic.fr/?page_id=31
Review : Amy Macdonald – This Is The Life, http://www.blender.com/guide/new/55229/this-is-life.html
Why Amy Macdonald’s a reluctant Wag, http://www.dailymail.co.uk/home/you/article-1019197/Why-Scottish-singer-Amy-Macdonalds-reluctant-Wag.html
Amy Macdonald persiste et signe, http://www.francesoir.fr/divers/amy-Macdonald-persiste-et-signe

You Might Also Like

No Comments

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.