Expositions

Undercover ou une histoire de la lingerie

Changeons de ville pour l’expo de ce mois-ci. Quittons un instant Paris pour Londres, une autre capitale de la mode. Il était donc tout naturel que nous nous rendions au Fashion and Textile Museum, situé sur la rive sud de la Tamise, dans le quartier de Bermondsey. Nous avons pu y découvrir (le terme est ici particulièrement pertinent) l’exposition Undercover, rétrospective de la lingerie à travers les âges.

Comme le musée des Arts Décoratifs de Paris, qui nous est maintenant familier, le Fashion and Textile Museum consacre entièrement ses galeries à une exposition sur un thème donné. Celui actuellement en avant est donc la lingerie. Tout commence par une frise chronologique, replaçant la problématique dans son contexte. La mode d’un côté (à noter que la petite robe noire de Chanel n’y échappe pas), les grands événements de ces dernières décennies de l’autre.

Suivent quelques sous-vêtements préhistoriques, vestiges d’un temps (mais est-il vraiment révolu ?) où une silhouette se façonnait à grand renforts de baleines métalliques. Ces quelques antiquités, bien cachés sous la myriade de jupons d’alors, avaient plus un rôle architectural qu’esthétique…

Suivent quelques corsets puis un bel échantillon d’ensembles dernier cri. C’est un des points fort de cet exposition, qui offre un panorama peut-être pas exhaustif mais en tout cas représentatif des créations les plus marquantes de ces dernières saisons.

Sur la passerelle, on arrive à une vision plus large de la lingerie. Culturelle d’abord, avec des publicités et son rôle influent sur la mode en général. En effet, nombre de pièces de créateurs passent le dessous dessus, utilisant le graphisme d’un soutien gorge comme élément de décoration. Dans le genre on est juste un peu déçu de ne pas voir quelques pièces de Christopher Kane, notamment celles de la collection printemps/été 2007, sorte de manifeste du genre.

Undercover se tient jusqu’au 27 septembre. L’entrée est de 6,50£, ou 3,50£ pour les étudiants.

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply
    Désirée Blum
    17 août 2009 at 12:07

    Je rêverais de pouvoir y aller, mais Londres, c’est un peu loin! Quoi qu’il en soit, je suis bien contente que les baleines de l’époque ne soient plus trop en vogue! ;)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.