Billet d'humeur macho

Etre belle

Ce soir, vous sortez avec votre copine. Comme tous les samedis, vous êtes passé la chercher et comme tous les samedis, vous sirotez tranquillement votre bière sur son sofa en attendant depuis 20 minutes qu’elle soit prête. 24 minutes plus tard, elle vous dit qu’elle est presque prête, et 10 minutes après vous la voyez arriver lentement du fond du couloir. Son pas lent et subtil est destiné à mettre en valeur son élégance. Elle sait que vous la regardez, et elle sait comment s’y prendre pour se rendre plus désirable que jamais.

Ce qu’elle ne sait pas, c’est que ce n’est pas toujours sa beauté – même si parfois ça arrive – que vous regardez. Parfois, le taux de gadgets, froufrous et blinglings qu’elle porte est supérieur à la normale, et dans votre tête, l’expérience est très différente. Vous ne voyez pas une superbe fille, vous voyez un prisonnier du moyen âge, avançant dans un des couloirs d’une prison, après avoir été torturé.

Rapport de torture – 2 februarius, an de grâce 1424 :

L’individu a encore les ongles et la bouche pleine de sang (vernis à ongles, rouge à lèvres) ainsi que la peau collante et visqueuse (fond de teint) dûe à sa transpiration face aux tortures qu’il a subi. Face à sa puanteur nous l’avons entièrement rasé – même les jambes et les sourcils ! – afin de limiter la sueur. Maintenant les uniques poils visibles outre les cheveux sont les cils qui du coup semblent disproportionnés (mascara). En dernier recours nous avons aussi dû le parfumer. En tant que professionnels, nous avons veillé à prolonger la torture lors de son accompagnement dans sa cellule. Pour cela, nous lui avons mis les habits les plus serrés que nous ayons trouvés tout en veillant à ce qu’il ait encore froid (jupe). Nous avons également eu recours aux boulets d’oreilles (boucles d’oreilles) et aux chaussures à pics (talons-hauts). L’individu a de nombreuses séquelles notamment au coeur du cuir chevelu qu’il ne supporte plus qu’on touche (permanente). Il est maintenant dans sa cellule, avec un pain et une cruche d’eau (repas light) que nous lui avons mis tant bien que mal dans un sac beaucoup trop petit pour qu’il puisse les ressortir (mini sac-à-main).

Oui, c’est une chance que votre prisonnière ne puisse pas toujours lire dans vos pensées. Et pendant que vous pensez à ouvrir un musée de la torture et de la femme, vous entendez une petite voix qui vous dit : «alors chéri, comment tu me trouves, sois franc ! »

Vous feriez mieux de ne pas l’être.

You Might Also Like

5 Comments

  • Reply
    Léa
    25 février 2009 at 11:46

    Je suis en train de travailler sur une pièce chorégraphique d’après « surveiller et punir » de Michel Foucault, j’en suis arrivée aux tortures des femmes pour être « belles », nous donnerais-tu la permission d’utiliser une partie de ton texte que je trouve vraiment pas mal du tout? En précisant la source bien sûr! Merci de répondre assez rapidement!!!! Salut!

  • Reply
    Alex
    4 février 2009 at 17:47

    bah tu sais que les pyjamas ca peut etre sexy… aux US j’en voit souvent le matin qui sont encore en pyjama meme dehors ou a la cafet’. En tout cas je suis content que l’article et l’illustration vous plaisent ! Merci !

  • Reply
    Désirée
    2 février 2009 at 14:18

    Un musée de la torture et de la femme, bien trouvé! Bon sang, ça me fait presque peur de me reconnaitre là-dedans! Presque seulement… =) Super article en tout cas, j’adore!

  • Reply
    Sed
    2 février 2009 at 12:46

    J’adoooore l’illustration :)

  • Reply
    Demoiselle Aux Myosotis
    2 février 2009 at 9:48

    Bien dit Alex.
    Après tout, pourquoi s’embêter pour vous, les hommes ?
    La prochaine sortie, on la fera en pyjama, c’est tellement plus confortable !
    (et après c’est le même mec qui va dire que sa copine ne fait aucun effort pour se mettre en valeur, pour lui faire plaisir à lui, et qui va se jeter sur la première qui relève un peu la jupe ><)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.