Livres

W.A Mozart – Correspondance, tome 1

 

Ce recueil commencent non pas par des lettres de Wolfgang, mais de Léopold, musicien de talent et de renom, père du petit génie.Le petit génie est encore trop petit et s’il sait déjà écrire des sonates pour de vieilles duchesses poudrées, il ne sait pas encore envoyer de lettres à sa mère. Léopold commence donc, et on pourrait presque parfois oublier qu’il est musicien et croire tout bonnement à un écrivain-voyageur tant sa prose semble fluide et lisible. Son traducteur est peut-être hors-pair … mais à n’en pas douter, l’original doit être fabuleux. Il décrit minutieusement les paysages, les coutumes si étranges des Français, des Anglais, des Italiens, les petits objets pratiques qu’il reçoit en cadeau, l’ingéniosité avec laquelle les rues de telle ville ou les toilettes de tel pays sont conçues, etc, etc. Il pose un regard presque scientifique, en tout cas très observateur, sur le monde qui l’entoure et rien ne semble échapper à ses critiques amusées, ses blagues et son admiration. Plus tard, Wolfgand prend à son tour la plume et c’est tout un autre genre : il aime railler gentiment ce qu’il remarque, décrit ses hôtes de façon quelque peu cavalière et ironique, plaisante, s’amuse … Du haut de ses quinze ans, il a déjà conscience d’être quelqu’un, un enfant prodige que son père balade de pays en pays, de château en château, et déjà envie de faire quelque chose de « grand » – quelque chose d’encore mieux que les sonates qu’il dédicace à ces mêmes vieilles duchesses.

Ces lettres sont fabuleuses : drôles et précises, bien écrites, sans longueurs, rapides, rythmées.

You Might Also Like

No Comments

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.