CD

Alain Bashung – Bleu Pétrole

Après le bien nommé « L’Imprudence », Alain Bashung revient avec « Bleu Pétrole », un album composé de morceaux plus accessibles, moins intellectuels que son précédent cru. Onze titres composent l’album, avec en point remarquable des collaborations inédites. L’habituel parolier de Bashung, Jean Fauque, est en effet absent. Les hôtes de luxe ont pour nom Gaëtan Roussel (Louise Attaque) et Gérard Manset.

Deux artistes à l’univers différents, qui marquent de leur empreinte cet album. Deux styles qui se chevauchent sans se télescoper. D’un côté, Gaëtan Roussel a créé des titres qui « coulent » bien. C’est d’ailleurs lui qui est à l’origine de Résidents de la République, qu’on entend sur les toutes les ondes depuis la sortie de l’album. Des musiques accessibles, parfois un peu faciles, comme Sur un trapèze. Quoi qu’il en soit, le style Bashung ressort avec évidence sur les compositions. Est-ce l’aspect caméléon du musicien de Louise Attaque ou la déclamation si particulière du vétéran ?

De l’autre, Gérard Manset a concocté des musiques et textes qui collent à son statut de légende vivante, en dehors du système. Des titres au parfum d' »Imprudence », comme lorsque Bashung avait désacralisé le Cantique des Cantiques, faisant ressortir un magnifique texte d’amour, débarrassé de toute connotation religieuse. Manset a ciselé la moindre sonorité, de la mélodie ou du vocable, pour coller au style de Bashung, dans ce qu’il a de plus symphonique et déclamatoire. En point d’orgue, sa Vénus est un bijou, usant du champ lexical d’une manière qui frise le sublime.

En dehors de ces deux pôles de l’album se situent quelques titres, reprises ou collaborations mixtes. Je tuerai la pianiste réunit Manset, Bashung et Roussel, alors que Tant de nuits est l’œuvre commune de Bashung, Arman Meliès et Joseph d’Anvers, à ma connaissance le seul musicien qui joue de la guitare avec un ressort. Puis deux reprises. Le Suzanne de Léonard Cohen ici chanté en français sur des paroles de Graeme Allwright, légèrement moins calme que la version originale. Puis Il voyage en solitaire, le fameux titre de Gérard Manset encensé par toute la profession. Par la bouche de Bashung, il devient du vrai Bashung.

Tout n’est pas bon à prendre sur « Bleu Pétrole ». Mais les titres phare vraiment exceptionnels rendent son écoute incontournable. A noter qu’il existe en une édition double vinyle limitée à 1000exmplaires (numérotés). A réserver aux collectionneurs, le support ne semblant pas tout à fait adapté à la progression de l’album.

A écouter : « Je t’ai manqué » – « Résidents de la République » – « Vénus » – « Il Voyage en Solitaire »

You Might Also Like

No Comments

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.