CD

BO Pulp Fiction


Je ne sais pas combien de fois j’ai pu écouter cet album. J’ai beau essayer de chercher, aucune idée. Une des rares B.O. qui traîne sur mes étagères. En effet, les B.O. ressemblent souvent à du cassoulet aux fraises : mélange de bons (ou pas) éléments qui ne vont pas du tout ensemble, sans ligne directrice. Quentin Tarantino se place bien au-delà. C’est tout une tranche d’Amérique qui est balayé au travers de ces titres, exactement l’Amérique de Pulp Fiction. Choisis sans peur des clichés, les morceaux s’alignent entrecoupés de dialogues cultes et incompréhensibles (essayez de comprendre ce que disent John Travolta et Samuel Lee Jackson lorsqu’ils parlent la bouche pleine…). Bien sûr, le mythique Misirlou et ses guitares ouvrent le bal. La variété est là, Lonesome Town de Ricky Nelson, le très country Flowers on the Wall des Statler Brothers. En point d’orgue Comanche, un instrumental à la mélodie quasi-inexistante, simplement supporté par le vibrato d’un vieux saxo qui apporte une chaleur et une lumière incroyable.

A écouter : tout !

You Might Also Like

No Comments

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.