Humeurs Je n'ai pas testé pour vous

Les poupées nouvelle génération

Tout a commencé alors que vous aviez à peine quelques années et que vous teniez dans vos mains ces jolies petites poupées après avoir supplié vos parents, pendant au moins trois minutes, dans le magasin de jouets. Ah comme on les aimait nos poupées, nos soeurs spirituelles ! On inventait des histoires, on les habillait, elles avaient le même métier que nos parents ou le futur nôtre (médecin, vétérinaire, maître nageur sauveteur sur la plage de Malibu…). Des années plus tard, même quand on ne s’en servait plus, elles restaient au fond d’un placard en souvenir de notre jeunesse.

Mais aujourd’hui, tout a changé. En même temps que la mode, les poupées ont évolué. Fini le temps où elles préparaient un poulet rôti dans la cuisine pour Ken, ses enfants et son chien, maintenant elles sortent en boîte entre copines avec téléphone portable en or et sac à main griffé. Car oui le grand changement des poupées mannequins réside surtout dans leurs tenues. Bien plus courtes, plus provocantes, plus sexy. Et tout ça, assorti avec les bijoux, la fourrure, et le micro chien qui lui aussi a le droit d’être une pure fashion victime.

On aura beau clamer que tout ça n’est que le reflet de la société actuelle, j’ai quand même quelques doutes. Les fillettes de cinq ans d’aujourd’hui sont-elles censées porter des minijupes avec bas résilles et talons (très) hauts ? Le pire c’est sûrement le visage parce que là, sur ce coup, les créateurs n’y sont pas allés de main morte. Comparez les visages d’une ancienne poupée et d’une nouvelle, et vous aurez l’impression de tourner une pub pour du démaquillant ou pire pour de la chirurgie esthétique. Maquillées à outrance, elles doivent sûrement faire des dégâts auprès des petites filles qui fouillent dans la trousse à maquillage de maman. C’est ainsi que quelque part dans le monde, une petite Chloé se retrouve avec la bouche d’Emmanuelle Béart, et du mascara qui remonte sur la peau jusqu’aux sourcils, sans compter les pommettes rouges qui à ce stade sont plutôt appelées joues entières. On se prend pour une star, et on se retrouve clown. Là par contre c’est représentatif de la société ; la chirurgie carrément moins esthétique que son nom l’indique est le sort de nombreux peoples (nos modèles ?!). Ceci dit, avec leurs énormes bouches, nos chères poupées mannequin ont accès à de nouvelles carrières : miroir pour canard coquet, et sujet de moquerie (ce qui occupe le temps de pas mal de gens !). Il paraît juste, de dire que les poupées ressemblent plus aux ados ou aux femmes qu’aux enfants, ainsi je suggérerais aux fabricants de poupées en quête de réalisme de leur rajouter du poil aux pattes et de la cellulite dans les fesses.

A ce stade, on peut imaginer les futures poupées mannequins, elles seront grandes et minces, un visage d’allumeuses, elles seront capables de faire un clin d’oeil et de se mordiller la lèvre inférieure en même temps, une poitrine généreuse(ment siliconée ?), des fesses bien rebondies (et siliconées ?) qui rouleront lors de leurs ballades en ville. Leurs cheveux pousseront comme des plantes et il faudra entretenir leur coloration chez le coiffeur tous les mois. Bannissons le naturel ! Les enfants passeront sûrement plus de temps à s’occuper de leur poupée que d’eux-mêmes. Les poupées seront peut-être même comptabilisées dans le ménage, recensées par les mairies et figureront dans le livret de famille. Alors là, si ça permet d’avoir des réductions, je vote pour !

You Might Also Like

No Comments

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.